logo

Finance et Innovation : un binôme clé de la performance

Xerfi Canal TV a reçu David Rekangalt, Responsable Marketing Stratégique chez Ayming, pour évoquer la nécessité de s’intéresser au lien entre Finance et Innovation.

Finance et Innovation sont intimement liées : en effet, l’innovation comme la R&D sont devenues indispensables pour assurer la pérennité des entreprises. Cependant, ces activités présentent un risque et nécessitent des investissements conséquents.
Dans ce contexte, le Directeur R&D doit pouvoir justifier d'orientations pertinentes et prometteuses notamment au Directeur Administratif & Financier (DAF) dont la position est de plus en plus stratégique dans les organisations. Ces deux fonctions, au-delà de différences culturelles bien réelles, n’ont pas forcément la même vision du temps.
C'est le point de départ de la réflexion qui a conduit Ayming à lancer un Observatoire de la relation entre la Finance & l’Innovation.

 

Voir ou revoir nos émissions sur Ayming TV

Quand la Finance et l'Innovation divergent...

Les horizons de temps des activités R&D portent sur le moyen-long terme et tentent de répondre à la question « quelles seront les technologies dont j’aurai besoin demain ? », tandis que l’exercice annuel de respect du budget pourrait contraindre le DAF dans des horizons de temps beaucoup plus court. Dans ce contexte, comment se coordonnent ces directions et comment décident-elles d’allouer les ressources à la R&D ?
Etant donné qu’à ce jour, il existe très peu de littérature sur ce sujet, Ayming a créé l’Observatoire de la relation entre la Finance & l’Innovation dans le but de dégager les bonnes pratiques à mettre œuvre.

Pour cela, BVA a interrogé des DAF et des DRD dans une grande enquête en partenariat avec le pôle de compétitivité Finance Innovation. Il en ressort que les répondants affichent une bonne collaboration avec leur homologue !
Cependant, la réalité apparaît plus nuancée puisque moins d’un répondant sur deux considère cette relation comme efficace ! Cette enquête révèle des divergences dans le partage des indicateurs et dans les modalités de prise de décisions.

En synthèse, les entreprises innovantes, en croissance avec une collaboration efficace formalisent une stratégie de R&D avec des indicateurs partagés et elles respectent une cohérence d’ensemble. C’est dans ces entreprises que le niveau de confiance maximal est affiché. A l’inverse, plus l’entreprise est en difficulté, plus la confiance est dégradée avec, en prime, les désagréments d’une stratégie d’urgence…

La relation DRD et DAF, un mécanisme au coeur de la performance de l'entreprise

En raison des risques et des coûts, les entreprises peuvent de moins en moins envisager d’innover seules : elles ont besoin de s’ouvrir sur l’extérieur. C’est ce que l’on nomme l’Open innovation ou innovation ouverte dans laquelle l’entreprise va se rapprocher de partenaires extérieurs comme une start-up spécialisée ou encore un laboratoire de recherche publique.
Aussi, il est évident qu’une entreprise au fonctionnement interne médiocre, qui ne disposerait ni des bons outils, ni d’une vision partagée entre DAF & DRD, rencontrera des difficultés pour s’ouvrir et tirer le bénéfice d’apports externes. D'ailleurs, on pourrait élargir cette approche à d’autres Directions stratégiques de l’entreprise.

Pour améliorer ces relations de confiance, décisives, entre DAF et DRD, les entreprises peuvent appliquer la maxime de Socrate « connais-toi toi-même ». Dans un premier temps, elles devraient chercher à s'autoévaluer et dresser un état des lieux, sans complaisance, qui leur servira à l’identification d’axes d’amélioration.
Cette démarche permet aussi d’exposer les éventuelles tensions existantes. Dans ce cas, l’aide d’un tiers peut faciliter et accélérer le processus. L’auto-évaluation permet également de s’assurer que chaque partie regarde dans la même direction pour atteindre les objectifs définis ensemble.

Dans un second temps, il leur sera possible de valider que leurs outils de contrôle par feed-back sont fiables et adaptés au suivi de la performance. En complément, il faudra vérifier qu’un pilotage interactif, donc basé sur l’échange entre DAF et DRD, permet de suivre l’avancée de projets à l’issue incertaine comme c’est le cas des projets d’innovation et de R&D.

En conclusion, contrôler et piloter ne signifient pas forcément la même chose selon que l'on soit DAF ou DRD. La coopération nécessaire pour intégrer ces différences renforce la confiance du binôme. Elle facilitera également l’émergence d’une complémentarité assumée entre Finance et Innovation.

Téléchargez l'Observatoire 2017 de la relation entre Finance et Innovation