Operations performance

Métaux : quand les ferrailles dévissent, les indices déraillent

Depuis juin 2015, on assiste à une violente chute du cours des métaux, en particulier des ferrailles. Début 2016, le N17, l’indice de référence du marché a été suspendu. Pour quels impacts sur les contrats de rachat de ferrailles ? 

Suspension de l'indice de référence N17 

Depuis juillet 2015, les cours des ferrailles ont dévissé de près de 40%. La variation des cours impacte directement les valeurs des ferrailles rachetées en amont par les collecteurs-recycleurs auprès des producteurs de déchets de ferrailles. Et qui sont revendues en aval aux aciéries, sidérurgistes et fonderies. 

L’indice N17 publié par l’UCFF (Union Consommateurs Ferrailles France) était jusqu’en mars 2016 la référence dans de nombreux contrats de rachats entre les recycleurs et leurs clients. Cet indice servait aussi de base d’indexation du rachat des ferrailles entre les collecteurs-recycleurs et les exutoires à qui ils revendent leurs matières (aciéries, sidérurgistes, fonderies). Dans la mesure où les contrats sont indexés sur la variation des cours, ce n'est pas tant leur chute qui a posé problème. Mais plutôt la bonne représentativité de l’indice N17.

Les collecteurs-recycleurs s’en sont plaints à juste titre. En effet, la baisse réelle des cours des ferrailles sur les marchés ne se répercute pas sur l'indice N17 qui sert de référence à leurs propres contrats de ventes de matières auprès des aciéries, sidérurgistes et fonderies. Par conséquent, les recycleurs se sont retrouvés contractuellement à devoir racheter des ferrailles à des valeurs au-dessus des prix de revente qu'ils obtiennent auprès des aciéries, sidérurgistes et fonderies. Un comble !

Cette représentativité de l’indice N17 du marché a subi un premier décrochage dans la période de juin à septembre 2015, entre 15 et 20 €/t. Un écart très significatif au regard des marges des recycleurs du secteur. Un second décrochage a aussi été constaté en fin d’année 2015. Par conséquent, depuis mars 2016, toute référence à l'indice N17 a disparu des publications mercuriales.




Substitution de l'indice N17

À ce jour, seul l’indice Q06 publié par Fédérec (Fédération des entreprises du recyclage) est disponible pour remplacer le N17. Mais cet indice de substitution potentielle pose question.

D’une part, le Q06 est une variation de prix par rapport à une valeur de rachat qui se fixe au moment de la signature d’un contrat de rachat de ferrailles. A l’inverse du N17 qui était une valeur de rachat, exprimée en €/tonne.

D’autre part, le Q06 est un indice de variation, au mois le mois, publié par Fédérec, la Fédération du recyclage qui représente les intérêts des recycleurs en France. Il est calculé à partir de la base des données transmises par les adhérents de Fédérec. D’où une légitime interrogation quant à la position de juge et partie que cette fédération peut endosser de facto. Comment se fier à la valeur d’un indice issu des acteurs de la profession dans la mesure où ceux-ci ont des intérêts directs liés à l’impact qu’aura cette valeur d’indice sur leurs propres activités de revente ? 

En tout état de cause, il semble nécessaire de mettre au jour un nouvel indice de remplacement du N17 avec une valeur de départ fiable. Et de procéder par la suite à une publication de cet indice par une tierce partie indépendante (cabinet de conseil, l’ADEME…) 

Vigilance à tous les étages

Dans ce contexte de transition, les industriels doivent se montrer particulièrement vigilants. Pour rester dans une relation d’équilibre contractuel lorsque leurs métaux sont rachetés, ils doivent en premier lieu vérifier que le prix de départ de rachat de leurs matières est au prix du marché. Puis, s’assurer que les variations sur les prix de rachat de leurs matières tout au long de leur contrat soient bien appliquées (et surtout les hausses !). Et enfin, vérifier la correspondance entre l’indice choisi et la qualité des déchets concernés.

La crise sur le marché des métaux aura eu au moins le mérite de fournir l’occasion de remettre les choses à plat. Elle permettra probablement d’assainir une situation quelque peu opaque en repartant sur la base d’un nouvel indice non contestable. Enfin, dans ce contexte délicat, faire intervenir un consultant expert sur le marché des déchets pour améliorer la gestion de son budget semble plus que jamais pertinent.

Bertrand Plauchu, Expert de l’amont à l’aval de la chaîne des déchets depuis plus de 15 ans auprès de sociétés telles que le leader mondial des produits et services dédiés à la gestion des déchets, des acteurs indépendants du recyclage ou du cabinet de conseil Ayming (ex Alma).